La marche en laisse, suite

Prêt à sortir?

Pas tout à fait, un petit moment de réflexion s'il vous plaît !

En effet, avant de s'aventurer dehors, si nous faisions le point sur les motivations de la prochaine balade ?

Pour Snoopy, il s'agit bien sûr de satisfaire des besoins physiologiques, mais aussi de se dépenser, de se dégourdir les pattes, mais également de découvrir le monde et de faire des rencontres, pas forcément par contact direct, mais surtout en RENIFLANT. Snoopy a l’énorme besoin d'utiliser son flair qui lui sert de détecteur, de décodeur, de lecteur....

La rencontre avec des congénères n'est pas forcément nécessaire, car en laisse Snoopy n'est pas a l'aise. Pas libre de ses mouvements, il ne peut pas communiquer clairement. Sauf à connaître le binôme croisé dans la rue, mieux vaut ne pas chercher le contact. L'important est que la simple vue du congénère ne mette pas notre poilu dans tous ses états...

Donc, il faut retenir que le plaisir de la balade n'est pas le même des deux cotés de la laisse. Il faudra en tenir compte.

Cette fois on est prêt ?

A zut, j'allais oublier : les sachets crottes dans la sacoche et cette fois-ci c'est bon, oust ! Dehors!

 

De la caresse avant toute chose...

Quelle soit douce, stimulante, apaisante, réconfortante, encourageante., elle est indispensable pour chaque être vivant. : comme dit le proverbe, "être un ours bien léché" . Elle est un moyen de communication universel, sans limitation d'usage ni aucune modération. Elle est toujours disponible, discrète, et sans contrindication, mais toujours respectueuse de l'animal et sensible aux signaux qu'il émet.

Puisqu'il s'agit de nos chiens, et de nos rapports avec eux dans cette publication, je vais sans doute vous surprendre. Il est d'ordinaire conseillé de ne pas caresser les chiens apeurés, craintifs de peur de renforcer par la caresse leur comportement inapproprié.

Je suis désolée, mais non, l'animal effrayé a besoin d'être rassuré. Bien sur il ne s'agit pas de tapoter le flanc, en lui disant "c'est bien Médor, continue de trembler ou d'aboyer", mais au contraire, de faire descendre son appréhension, sa nervosité en le caressant lentement, en le massant et en lui parlant doucement pour lui permettre de s'apaiser. Certes, le vieux adage, ignorer et ne rien faire est préférable à faire n'importe quoi qui renforce le chien dans un comportement inadapté, mais personnellement je n'hésite plus à parler et masser doucement un chien qui panique en essayant de détourner son attention de ce qui l'effraie.

Ce que nous appelons au club "la pause psychopapouille" ,n'est rien d'autre qu'une grosse séance de caresses, de massages appuyés ou le chien détendu fini généralement les 4 pattes en l'air la tête appuyée sur les jambes de son humain dans une pose de total abandon, de bien-être absolu qui permet aux deux êtres canin-humain d'être en totale communion et fusion de sensations douces et agréables.

Une séance par jour, c'est bien le minimum

et ce n'est pas réservé aux chiens ...

De la caresse avant toute chose.....suite

mais toujours respectueuse de l'animal et sensible aux signaux qu'il émet.

avant, le chien apprécie-t-il vraiment ,

ou subit-il cet assaut de baisers ?

Oui la caresse est un moyen de communication indispensable et bienveillant mais pour qu'elle le soit véritablement elle doit être bien vécu par l'être qui en fait l'objet.

après si on ne tient pas compte de l'expression du chien

On n'embrasse pas ses proches comme ses voisins, on ne caresse pas son chien comme celui que l'on ne connait pas. On tient compte de l'état réceptif de l'individu que l'on souhaite caresser et de son accord qu'il va exprimer par les moyens à sa disposition. Il faut être attentif et observateur pour que cet instant de bonheur ne devienne pas un instant de mal être voire de torture pour l'individu qui le subit. Dans ce cas il ne s'agit plus de caresses mais de maltraitance...

Pour le chien de famille, il faut être vigilant avec les enfants qui ne perçoivent pas les signaux parfois très légers qui trahissent le malaise du chien quand ils le serrent de façon abusive. Toutounet n'apprécie pas forcément les mains malhabiles et risque de le faire savoir et les joues à proximité sont tendres et fragiles...